Les vraiment morts
Les "morts dont on se souvient et "les vraimnet morts".

Les tombes des morts dont on se souvenaient étaient entretenues et fleuries, alors que celles des vraiment morts étaient oubliées, sans la moindre fleur, infestées de mauvaises herbes, leurs pierres tombales de guingois et érodées.

Ces "vraiment morts" étaient des morts anciens dont plus aucun des villageois encore en vie n'avait le souvenir.
Une personne agée- toute personne agée- est la derniére dépositaire de l'image d'une quantité de gens.
Quand les anciens meurent, chacun d'eux emporte une multitude avec lui. 

Extrait du livre d'Irvin Yalom,"le jardin d'Épicure".























Top